Skip to main content
Ontario Parks

La pêche dans les parcs de l’Ontario :

Parcs Ontario offre certaines des plus belles possibilités de pêche au monde. Que vous soyez un expert ou un débutant, ou quoi que ce soit entre les deux, une fabuleuse expérience de pêche vous attend dans les parcs ontariens. Des installations de mise à l’eau de bateaux et des stationnements pour remorques sont disponibles dans de nombreux parcs, et on peut y avoir accès avec un permis de véhicule valable pour une journée, un permis saisonnier ou un permis de camping. Si vous visitez un parc et que vous voulez vous aventurer à l’écart du rivage, envisagez de louer un canot ou un autre type d’embarcation offert dans plus de 75 parcs. Pour ceux qui n’ont jamais pêché, ou qui aimeraient bénéficier de conseils, 6 parcs offrent un programme Apprenez à pêcher avec tous les engins de pêche nécessaires. Et beaucoup de parcs prêtent des cannes à pêche et tout l’attirail dans le cadre du programme Tackleshare de l’OFAH/OPG. Si vous ne savez pas nager, soyez prudent près de l’eau et empruntez sans frais un gilet de sauvetage dans un des 67 parcs offrant des services de prêt de gilets de sauvetage PARKsmart.

Vous cherchez un parc pour pêcher?

Si la pêche est la raison de votre visite, ou si ce n’est qu’une activité parmi beaucoup d’autres dont vous voulez profiter dans un parc de l’Ontario, tenez compte de ces conseils utiles :

  • Déterminez les installations ou les services dont vous aurez besoin pour profiter de votre expérience. Mettez dans la balance des choses telles que l’accès à des gilets de sauvetage, à la location de bateaux, à Tackleshare de l’OFAH/OPG, à la vente d’appâts ou à des installations de mise à l’eau. Il est important de noter que certains parcs restreignent l’utilisation de bateaux à moteur sur les lacs. Ne l’oubliez pas si vous voyagez avec une embarcation à moteur.
  • Tenez compte de la durée de votre séjour et des distances de déplacement quand vous sélectionnez le meilleur parc pour votre expérience de pêche.
  • Considérez le type d’expérience que vous recherchez. Passerez-vous une seule journée, et souhaitez-vous avoir accès à des emplacements de mise à l’eau; ou prévoyez-vous de monter une tente pour une nuit ou deux; vous pagaierez peut-être dans l’arrière-pays sauvage pour une semaine de solitude et de repas sur la berge, ou préférez-vous les agréments de l’hébergement avec toiture de Parcs Ontario?
  • Tenez compte de la période de l’année où vous prévoyez de visiter un parc. Les mois d’été achalandés, juillet et août, offrent la plus grande probabilité de beau temps, mais ces mois voient aussi augmenter la demande d’emplacements de camping, de location d’embarcations ou d’installations de mise à l’eau, et la demande des meilleurs secteurs de pêche. Et, ce qui est plutôt ironique, les mois d’été ne sont pas toujours idéaux pour prendre du poisson. Certains poissons de pêche sportive deviennent moins actifs, le nombre de bateaux augmente et davantage de pêcheurs à la ligne vous font concurrence. Les pêcheurs expérimentés vous le diront – c’est au printemps et à l’automne que la pêche sportive est à son meilleur.
  • La pêche est une activité qu’on peut pratiquer toute l’année. Elle offre des expériences et des possibilités différentes au fil des quatre saisons. Découvrez ci-dessous les expériences de pêche saisonnières qu’offre Parcs Ontario.

Printemps :

Le printemps est une période très active de l’année pour les pêcheurs à la ligne et le poisson quand la glace fond, que le débit d’eau augmente et qu’ouvrent les saisons populaires de pêche sportive. Le touladi est un favori du printemps pour les passionnés de la pêche comme pour les pêcheurs occasionnels. Le dégel d’avril dans le parc Algonquin attire des pêcheurs à la ligne de partout, qui veulent profiter de la possibilité de pêcher des touladis au printemps. La désignation particulière de ce parc comme réserve de poissons protège cette ressource et interdit toute pêche à la ligne avant le quatrième samedi d’avril. Cette pratique de gestion garantit une population abondante et saine de touladis dans le parc provincial Algonquin. D’autres espèces de truite telles que l’omble de fontaine ou la truite arc-en-ciel peuvent également être pêchées dans le parc Algonquin et dans des lacs et des rivières à l’eau froide d’une grande partie de l’Ontario. Le parc provincial Kettle Lakes, à l’est de Timmins, offre 22 lacs alimentés par des sources profondes, dont certains sont peuplés d’ombles et de truites arc-en-ciel. Ce parc ouvre ses portes aux campeurs à la mi-mai; mettez-le sur votre liste de choses à faire au printemps. Un autre lieu moins connu, mais populaire, pour la pêche au touladi se trouve dans l’est de l’Ontario, dans les froides eaux profondes du parc provincial Charleston Lake. Ce parc offre une sélection complète de possibilités et d’aménagements de camping, par exemple, des sites dans l’arrière-pays, des emplacements électrifiés et des yourtes.

Un autre des favoris du printemps est l’ouverture de la saison du doré, qui doit figurer sur le calendrier de tout pêcheur à la ligne. Le doré, ou encore doré jaune, est présent un peu partout en Ontario, du bassin des Grands Lacs aux lacs et rivières de l’intérieur, dans le nord-est et le nord-ouest de l’Ontario. Un lieu très populaire de pêche au doré trophée est la baie de Quinte, sur le lac Ontario. Jetez un œil au parc provincial Sandbanks pour un excellent hébergement avec toiture au printemps (ou à l’automne). On y offre un confort luxueux pour la nuit, et une abondance de dorés à pêcher le jour. Pour une expérience évoquant déjà le Nord sur la rivière des Outaouais, le parc provincial Driftwood offre un excellent accès à l’eau avec des installations remises à neuf de mise à l’eau et d’amarrage.

Oui, il est vrai qu’on peut pêcher le doré dans la plupart des régions de l’Ontario, mais tout pêcheur à la ligne digne de ce nom peut attester que c’est dans le nord de l’Ontario qu’on trouve les meilleures eaux de pêche au doré. Il faut tenir compte des distances depuis le sud de la province, et si le doré ne mord pas alors que vous pêchez dans le nord de l’Ontario, vous risquez de souhaiter vous trouver un nouveau passe-temps. Le lac Ivanhoe, le lac White, le lac Missinaibi, le lac des Bois et le lac Fushimi offrent tous parmi les meilleures possibilités de pêche au doré au monde. Mais ne nous croyez pas sur parole… Si vous êtes un pêcheur à la ligne aventureux en quête de l’expérience de pêche printanière de toute une vie, mettez le parc provincial Wabakimi sur la liste de vos rêves. Ce parc offre d’incroyables possibilités de pêche sportive au touladi ou au doré sur des lacs entourés d’une nature sauvage. Prévoyez un circuit en canot de 10 jours, prenez contact avec un pourvoyeur local pour le vol vers le parc, ou réservez votre hébergement dans un gîte en pleine nature dans l’arrière-pays. Si vous prévoyez de faire votre excursion de pêche printanière dans l’intérieur d’un parc de l’arrière-pays, gardez à l’esprit qu’à cette époque de l’année vous devez vous munir de l’équipement nécessaire et vous être préparés en conséquence, car les températures de l’eau et de l’air peuvent être encore très froides. Heureusement, de nombreux parcs, notamment les parcs Algonquin, Windy Lake et Silent Lake, offrent également divers hébergements avec toiture qui en font des camps de base idéaux pour tout groupe de pêcheurs à la ligne.

Été :

La pêche à partir du rivage par une belle soirée douce d’été est un rite de passage pour tous les enfants, les familles et les Ontariens visitant nos parcs. Pour beaucoup de gens, la pêche estivale figure parmi leurs premiers souvenirs de camping ou de moments agréables passés en plein air. Les crapets sont abondants le long des berges dans la plupart des parcs ontariens et constituent une excellente introduction à la pêche à la ligne pour les jeunes ou les novices. Les parcs particulièrement accueillants pour les familles, comme les parcs Emily, Darlington, Six Mile Lake, Grundy Lake et Earl Rowe, offrent les programmes Tackleshare de l’OFAH/OPG, Apprendre à pêcher et PARKsmart – un service de prêt de gilets de sauvetage. Tous ces parcs pourront vous prêter l’équipement et vous donner les explications nécessaires pour une journée de pêche des plus agréable.

Mais la pêche estivale ne s’adresse pas uniquement aux novices. En fait, le début de l’été coïncide avec l’ouverture de la saison de la pêche d’un des plus populaires poissons- gibier de l’Ontario – l’achigan. À petite ou à grande bouche, l’achigan est abondant partout en Ontario, certains lacs accueillant des tournois professionnels. Tous les mordus de la pêche à l’achigan vous le diront – à poids égal, peu de poissons livrent un aussi rude combat que l’achigan. Ces poissons se débattent farouchement et ont la réputation de faire des bonds élevés et beaucoup d’éclaboussures. Les plus gros achigans à petite bouche peuvent atteindre près de dix livres, mais toute prise autour de cinq livres vous mettra le cœur en joie pendant tout un mois. Les parcs provinciaux de l’Ontario sont la porte d’entrée de nombreuses fabuleuses zones de pêche à l’achigan. Les pêcheurs à la ligne qui recherchent des rampes de mises à l’eau en eau profonde ainsi que de vastes stationnements pour accueillir camions et remorques, trouveront leur bonheur dans les parcs suivants : Sibbald Point, sur le bord du lac Simcoe, Balsam Lake en amont des lacs Kawartha, ou Emily sur la rivière Pigeon. Si l’idée que vous vous faites d’une excursion de pêche estivale est plutôt du genre « plus c’est gros, mieux c’est », vous devriez visiter un des parcs du nord de l’Ontario – royaume du grand brochet. Le brochet est extrêmement commun partout en Ontario, mais c’est dans les lacs du nord qu’on trouve les plus gros brochets. Ce poisson peut atteindre plus de 20 livres et les spécimens de plus de 15 ou 20 livres sont fréquents. Ces prédateurs agressifs n’hésiteront pas attaquer un leurre lancé au-dessus d’un lit d’herbe au cours d’une après-midi d’été. Perfectionnez votre technique pour lever les filets afin d’enlever l’os en «Y» à l’arrière du filet du brochet – et vous vous régalerez toute la semaine. Les meilleurs endroits pour pêcher un brochet trophée sont : Lady Evelyn-Smoothwater, Missinaibi, Sioux Narrows, Ojibway, Rivière des Français, Ivanhoe Lake ou Marten River. La pêche est à ce point l’activité prédominante dans tous ces parcs que vous pourrez y taquiner tout autant le doré et le brochet que la truite.

Automne :

Chut… l’automne est le secret le mieux gardé dans les parcs de l’Ontario et la pêche y est excellente! Les emplacements de camping et les installations de choix sont moins achalandés, les moustiques sont inexistants, les températures sont agréables et la plupart des espèces de poissons sont actives. L’automne est la période pour utiliser des leurres pour la pêche à la traîne et pour flotter tranquillement au milieu des paysages de l’Ontario. La truite, le doré, l’achigan, le brochet et le monstre le plus infernal des eaux douces – le maskinongé –, sont toutes des espèces à rechercher en automne. Le plus gros maskinongé capturé en Ontario pesait 65 livres et mesurait 58 pouces. Il a été pêché dans Blackstone Harbour, dans ce qui est maintenant le parc provincial The Massasauga. Ce parc offre la possibilité de canoter sur les lacs intérieurs Spider et Clear, et des emplacements de camping accessibles par voie navigable le long des criques de la baie Georgienne. La pêche au maskinongé est également excellente sur tous les lacs Kawartha avec des accès au parc par le parc Balsam Lake, au nord, et le parc Emily, au sud, sur la rivière Pigeon. Certaines parties de la rivière des Outaouais foisonnent également de maskinongés. On y a accède par le parc Voyageur à l’extrémité est de la rivière, et par le parc Driftwood vers le cours supérieur ouest de la rivière. La rivière des Outaouais offre une des expériences de pêche les plus diversifiée en Ontario ainsi qu’une expérience plus isolée dans la vallée supérieure de l’Outaouais.

OFAH/OPG – Tackleshare:

Le programme de prêt d’agrès Tackleshare de l’OFAH/OPG est offert dans plus de 55 parcs, offrant aux novices la possibilité d’emprunter une canne à pêche et des agrès. Le prêt du matériel est gratuit.

Quelques conseils pratiques supplémentaires :

  • Il incombe au pêcheur de connaître les espèces dont c’est la saison de pêche, ainsi que le nombre de poissons qu’il peut avoir en sa possession. Consultez les règlements de la pêche en Ontario avant d’organiser votre excursion de pêche.
  • Les enfants de 17 ans et moins et les adultes de 65 ans et plus n’ont pas besoin d’un permis de pêche, mais tous les autres pêcheurs à la ligne doivent avoir un permis de pêche de l’Ontario valide.
  • De nombreux lacs qui sont situés en totalité ou en partie à l’intérieur d’un parc sont sujets à des restrictions quant à l’usage d’appâts vivants – consultez les règlements de la pêche en Ontario et assurez-vous d’être au fait de ces restrictions – elles empêchent les espèces envahissantes nuisibles de se propager dans nos lacs et nos rivières.
  • Informez-vous du temps qu’il fera sur les lieux et préparez-vous en conséquence. Les températures sur l’eau ou près de l’eau sont souvent plus fraîches et les grandes étendues d’eau plates et découvertes sont sujettes à des vents violents.
  • Évaluez les choix qui vous sont offerts pour avoir accès à l’eau : des possibilités peuvent exister pour pêcher à partir du rivage ou d’un quai, ou à bord d’un canot, d’un kayak ou d’un bateau à moteur.

Lorsque vous souhaitez pêcher une espèce de poisson en particulier, vous devez tenir compte de la profondeur de l’eau, des courants, de la température de l’eau, de la luminosité, des appât et de l’existence de structures sous l’eau. Ce sont toutes des variables importantes qui auront une incidence sur les endroits et les moments où vous trouverez différentes espèces de poisson.